La Cour des comptes appelle une nouvelle fois à l’austérité budgétaire

Par

L’institution de la rue Cambon a une nouvelle fois réclamé des coupes dans les dépenses publiques, sans se soucier des conséquences sociales et économiques. Une aubaine pour le gouvernement qui cherche à justifier sa future politique budgétaire restrictive.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Décidément, depuis le début de ce quinquennat, la Cour des comptes et le gouvernement jouent à merveille des rôles sur mesure et complémentaires. L’institution de la rue Cambon ne cesse ainsi de dramatiser le déficit et la dette publique, tout en ménageant l’exécutif. De son côté, ce dernier peut profiter des rapports de la Cour pour mettre en œuvre la pression sur l’État-providence et financer sa coûteuse politique de baisses d’impôt.