La « pénurie de main-d’œuvre », symptôme d’un système économique en crise

Par

Alors que le patronat, notamment dans la restauration, ne cesse de crier aux postes non pourvus, le gouvernement s’agite avec diverses propositions. Mais cette crise traduit surtout la nécessité de dépasser le système contemporain.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Voilà qui sent un peu la panique. Ce lundi 27 septembre, face à la « pénurie de main-d’œuvre », le gouvernement a non seulement mis 1,4 milliard d’euros dans un plan pour la « formation des jeunes », mais a aussi annoncé la défiscalisation des pourboires payés par carte bancaire dans la restauration. Derrière cette agitation, il y a évidemment une impuissance qui traduit le caractère profondément inopérant de la notion de « marché du travail » et l’incapacité des dirigeants actuels à le reconnaître.