Salaire des grands patrons: soyons tous des Tavares!

Par

Le patron de PSA Peugeot Citroën a doublé sa rémunération en 2015. « C’est indécent », dit d’abord le gouvernement. Et corrige aussitôt: la réponse n’est pas la loi. « La priorité, c’est de renvoyer à la responsabilité individuelle », souligne Emmanuel Macron. Chiche…

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’affaire Tavares n’est que la suite d’une série permanente. Déjà en 1989, et déjà chez Peugeot, le PDG, Jacques Calvet, était accusé d’avoir bénéficié d’une augmentation de 46 % de son salaire. À l’époque, cette rémunération était 30 fois supérieure à celle du salaire moyen de l’entreprise. Aujourd’hui, de scandale en scandale, et d’appel à l’exemplarité en injonction de modération, Carlos Tavares vaut deux cents fois le salarié de son entreprise…