A Belfort, l'immense colère des salariés de General Electric

Par Guillaume Clerc (Factuel.info)

Encore sous le choc de l’annonce de la suppression de plus de 1 000 postes, essentiellement dans l’activité gaz de General Electric à Belfort, les syndicats démontent l’argumentaire fallacieux de Bruno Le Maire pour justifier le plan social.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Belfort (Territoire de Belfort), correspondance.– Le timing de l’annonce était particulièrement propice : deux jours après les élections européennes et dans une semaine creuse pour le site. Il n’y avait en effet pas grand monde dans les ateliers de General Electric (GE) à Belfort mardi, au moment où le groupe a annoncé la suppression de 1 044 postes.