En réponse au plan social, les salariés de General Electric à Belfort prônent la réindustrialisation

General Electric, repreneur de la branche énergie d’Alstom en 2015, a annoncé mardi la suppression de 1 044 postes en France. Un plan social inévitable, pour Bercy. Les syndicats assurent pourtant que le site de Belfort a tout pour se réinventer un destin industriel.

Guillaume Clerc (Factuel.info)

28 mai 2019 à 19h13

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Belfort (Territoire de Belfort), correspondance.– La crainte des salariés de General Electric (GE) à Belfort était justifiée. Depuis plusieurs semaines, ces chiffres circulaient dans les usines : entre 800 et 1 000 postes seraient menacés. Mardi 28 mai, le groupe américain, repreneur de la branche énergie d’Alstom en 2015, est finalement sorti de son silence : 1 044 postes devront être supprimés, essentiellement sur les sites de Belfort, Bourogne et Boulogne-Billancourt, en raison des « projets d'évolution de l'organisation de ses activités gaz et de ses fonctions support », a indiqué la direction du groupe lors d’un comité central d’entreprise.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal