La marge de manœuvre budgétaire de Macron sera faible

Par

Malgré une croissance un peu plus forte que prévu au premier trimestre, le gouvernement fait face à une situation encore difficile, marquée par un fort besoin d'investissement public.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les bonnes nouvelles économiques se multiplient pour Emmanuel Macron. Ce mardi 30 mai, la croissance française du premier trimestre 2017 a ainsi été révisée à la hausse par l’Insee, de 0,3 % à 0,4 %. Certes, c’est moins que la croissance du dernier trimestre de 2016, mais le nouveau gouvernement ne boudera pas ce dixième de point, alors que la prévision de croissance de la loi de finances de cette année, 1,5 %, apparaît comme particulièrement optimiste.