Face au FN, UMP et PS esquivent, le Front de gauche cogne

Par et

Sur le terrain, les militants de tous bords s'inquiètent de la percée du FN. Mais les partis restent circonspects sur la riposte: l'UMP n'y a « pas intérêt », le PS mise sur des « argumentaires à vocation interne », les écologistes se concentrent sur leur propre campagne. Seul le Front de gauche a choisi « l'attaque frontale ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Zéro réaction. Cette semaine, le PS et l’UMP n’ont pas jugé nécessaire de dénoncer la participation de Marine Le Pen à un bal d’extrême droite en Autriche, ni les propos polémiques de son père dans la foulée (lire notre article). SOS Racisme y a pourtant vu un «bal immonde pour nostalgiques du IIIe Reich», le Front de gauche une «VRP de la haine en week-end» et le MoDem un «bal tragique» qui fait «tomber le masque» de la candidate frontiste. L’équipe de Bayrou a aussi dénoncé «l’allusion antisémite» de Jean-Marie Le Pen. Et l'Union des étudiants juifs de France (UEJF) s'est «s'inquiétée du silence de la société civile et de la classe politique».