«Séparatisme»: les autorités tentent d’embrigader l’inspection du travail

Par

Cibler la communauté tchétchène, des kebabs halal ou des barbiers musulmans… Dans le cadre des opérations de lutte contre le « séparatisme », certaines préfectures sollicitent les inspecteurs du travail. En interne, on dénonce des demandes « xénophobes » et des atteintes au principe d'indépendance.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Depuis son arrivée à la tête du ministère de l’intérieur, Gérald Darmanin ne cesse de communiquer sur la lutte contre « le séparatisme » que le gouvernement mènerait de manière acharnée. Grâce à la centaine de cellules départementales de lutte contre l’islamisme et le repli communautaire (Clir) déployées sur tout le territoire, l’État aurait ainsi pu mener 18 000 opérations de contrôle et décidé la fermeture de 400 établissements « communautaires » suspectés de radicalisation.