Des figures de la majorité volent au secours du soldat Eric Woerth

Par et

Quelques heures à peine après la mise en examen d’Éric Woerth dans l’affaire libyenne, plusieurs députés de la majorité ont apporté leur soutien, au nom de leur groupe, au président de la commission des finances. Des élus macronistes jugent que ces initiatives sont personnelles et qu’une discussion doit s’ouvrir.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En France, depuis la « jurisprudence Balladur », un mis en examen peut difficilement rester plus de 24 heures au poste de ministre. S’il fait du football, il est dans l’impossibilité de porter le maillot de l’équipe de France. Mais en revanche, il peut tranquillement continuer à présider la commission des finances de l’Assemblée nationale.