Prism : la classe politique française se réveille

Par

Petit à petit, la classe politique française commence à s'émouvoir des dernières révélations du scandale PRISM, selon lesquelles l'administration Obama a mis sur écoute les institutions européennes. François Hollande a demandé que cet espionnage « cesse immédiatement ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L'incrédulité, surjouée ou non, se traduit désormais en protestation. Depuis les révélations du Guardian et du Spiegel, selon lesquelles l'agence de sécurité américaine et l'administration Obama ont mis sur écoute les institutions européennes, la classe politique hexagonale sort peu à peu de son mutisme.