La maternité parisienne des Bluets sous le coup d’un plan social

Par

La maternité des Bluets, à Paris, pionnière de l’accouchement sans douleur et foyer militant historique de la cause des femmes, est sous la menace d’un plan social. Une nouvelle crise pour cet établissement piloté par la CGT, dont la gestion est critiquée.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est une crise qui n’en finit pas. Les Bluets, emblématique maternité parisienne, pionnière de l’accouchement sans douleur, du droit à l’IVG et de la procréation médicale assistée, sont à nouveau sur la sellette, sous la menace d’un redressement judiciaire. Quinze postes devraient y être supprimés, sur les deux cent que compte l’hôpital, dans le cadre d’un plan social. L’association Ambroise-Croizat de la fédération métallurgie de la CGT, gestionnaire des Bluets mais également de trois centres médico-sociaux de rééducation professionnelle et sociale (CRP), devrait supprimer 35 postes au total dans ces établissements.