Lobbying : au moins 2 M€ de dépenses annuelles au Parlement

Par

Les lobbyistes ont un nouveau registre au Parlement. Les entreprises, associations, cabinets, etc., qui acceptent de s'inscrire sont censés déclarer les dépenses qu'ils engagent chaque année pour "travailler" les députés ou les sénateurs. Entre 2,3 et 3,1 millions d'euros seraient ainsi investis.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’Assemblée nationale inaugure son nouveau registre des lobbyistes en ce début d’année, mais seuls une quarantaine de donneurs d'ordres ont accepté de jouer la transparence et de s’inscrire, dont une douzaine d’entreprises, une ONG, six cabinets d’avocats ou de consultants spécialisés. La plupart des acteurs préfèrent continuer de travailler dans l’ombre, d’autant que les firmes ou organismes qui s’enregistrent sont censés déclarer combien ils dépensent chaque année dans leur travail de "conviction" auprès des parlementaires – ce qu’ils rechignent à faire. Quant aux cabinets de consultants, au service de plusieurs clients, ils sont priés de publier leur chiffre d’affaires secteur par secteur – ce que la plupart refusent tout net.