Cofinoga en Gironde : «Dans mon service, on attaque la misère»

Par

Après les grandes banques de financement et d'investissement, c'est au tour du spécialiste du crédit à la consommation Laser-Cofinoga de tailler dans les effectifs. Un plan massif de 433 suppressions, pour l'essentiel sur le seul site de Mérignac, en Gironde. « Un coup de massue » pour les 2.000 salariés. Reportage.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Des salariés sur la défensive qui refusent toute interview, un syndicat majoritaire, la CFDT, aux abonnés absents malgré des coups de fil et des messages intempestifs, une direction tout aussi fermée... Difficile de réaliser un reportage à « Cofinoga city » en Gironde, cette ville de 2.000 employés dans la zone industrielle de Mérignac, siège de l'une des marques les plus connues de crédit à la consommation. Deux semaines après l'annonce de la suppression de 433 postes au sein du groupe Laser-Cofinoga, dont 368 sur le seul site girondin, son plus gros centre opérationnel, soit un cinquième de l'effectif, la tension est vive dans les services, le mutisme de rigueur.
Ce mercredi 1er février, à l'heure de la pause déjeuner, dans le restaurant d'entreprise plein à craquer, pas un employé n'accepte de se livrer à la presse. De peur ou de colère. Quand ils ne se réfugient pas derrière un glacial « je n'ai rien à déclarer, je suis ni démotivé, ni inquiet », ils en veulent aux journalistes. « Vous êtes tous pareils, vous donnez une image très négative de Cofinoga », maugréent, dans leurs écharpes, deux dames, attablées devant un café. « A cause de vous, on se fait insulter. Sur les forums et au téléphone, les gens nous accusent d'avoir surendetté les Français et nous disent "bien fait pour vous" », peste, une table plus loin, une autre salariée. Entourée par trois collègues qui hochent la tête, elle ressort des commentaires incendiaires déposés sur le site internet du journal local Sud-Ouest.