Constitution "Sarkozy": les pièges et quelques avancées

Par
Mardi 3 juin, les députés ont adopté le projet de loi réformant les institutions, en première lecture. La gauche a voté "Non", à quelques exceptions près, dont Jack Lang, qui avait choisi de sécher le scrutin. Une dizaine d'élus de l'UMP ont suivi l'opposition. Pour Mediapart, c'est l'occasion de dresser un bilan intermédiaire de cette "modernisation" de la Ve République, censée faire "la part belle au Parlement", selon François Fillon.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.


L'Elysée a soigné son projet de loi, léché les apparences. L'exposé des motifs ne manque pas d'allure: «revalorisation du Parlement», encadrement des pouvoirs présidentiels, «rééquilibrage des institutions»... De quoi séduire les députés, tenter même des élus socialistes.