Du racisme dans le foot? Et puis quoi encore!

Par

Karim Benzema estime ne pas avoir été sélectionné en équipe de France en raison de ses origines ? Tout le monde lui tombe dessus. Si la question se pose, c'est pourtant bien qu'au-delà de son cas, les préjugés raciaux et les discriminations sont monnaie courante dans le football français. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le cocktail est parfait : football, politique, racisme, sextape. Tout est réuni pour occuper le terrain en attendant le début de l’Euro le 10 juin. Au début, on regarde ailleurs : Benzema est quand même gonflé, avec l’affaire judiciaire qu’il a sur le dos, d’attribuer sa non-sélection à une partie de la France raciste. Et puis, on écoute les réactions, offusquées. Comment ose-t-il ? Du racisme ? Dans le football ? Ce milieu si pur, où justement on fait une place aux Noirs et aux Arabes ? Thierry Braillard, ministre des sports, balaie d’un revers de main : « Il n'y a absolument pas de racisme dans cette fédération. »