Municipales: ce qui se cache sous la prétendue «vague verte»

Par

Les écologistes ont remporté le 28 juin sept des quarante plus grandes villes de France. Ce succès inédit ouvre-t-il une nouvelle ère politique ? Réponse en six questions.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dimanche 28 juin, vers 22 heures : les nouveaux maires fêtent la victoire dans leurs villes. Les cadres nationaux, eux, se sont rassemblés dans leur QG d’un soir, un bar branché situé au bord du canal de l’Ourcq, dans le XIXe arrondissement de Paris. Les mines sont marquées par l’épuisement, mais heureuses. Les villes tombées dans l’escarcelle écolo ont été annoncées au compte-gouttes tout au long d’une soirée riche en suspense : à la surprise générale, Strasbourg, Bordeaux, et Poitiers sont passées chez les Verts après des duels ou des triangulaires très serrées.