Présidentielle : Philippe Poutou candidat au nom d’un parti ébranlé

Par

Philippe Poutou est à nouveau candidat à la présidentielle, alors que de forts débats internes secouent le NPA. La révolution se construit-elle dans les urnes ou dans la rue, seul ou dans l’unité ? La discussion, aussi vieille que le parti lui-même, est réactivée par le départ des militants de Révolution permanente, qui présenteront leur propre candidat en 2022.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Pour la troisième fois, Philippe Poutou sera le candidat du NPA (Nouveau Parti anticapitaliste) à la présidentielle. Depuis sa dernière candidature en 2017, l’ouvrier a perdu son emploi à la suite de la fermeture de l’usine Ford à Blanquefort, en Gironde, et est devenu conseiller municipal sous la bannière de la liste Bordeaux en lutte. La motivation n’a pas changé d’un iota ou presque depuis la précédente campagne, au cours de laquelle ses saillies contre Emmanuel Macron, François Fillon ou Marine Le Pen, sur le plateau de BFMTV notamment, lui avaient valu une reconnaissance inespérée.