Face à la menace de la prison ferme, l’ancien député Henri Jibrayel se dépeint en élu de proximité

Par Clara Martot (Marsactu)

Entendu pour abus de confiance et prise illégale d’intérêts, le conseiller départemental des Bouches-du-Rhône nie être l’organisateur de quatre mini-croisières financées via un montage associatif. Le parquet requiert six mois de prison ferme, dix-huit mois de sursis, 30 000 euros d’amende et cinq ans d’inéligibilité.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les pieds bien campés sur le pont bleu du Danielle-Casanova, les quais du port de Marseille en arrière-plan, Henri Jibrayel, mocassins et chemise estivale, a les yeux rivés sur l’objectif. Le cliché est projeté ce lundi matin au tribunal correctionnel de Marseille. Il a initialement été publié dans La Provence le 18 mai 2011, au lendemain de cette virée en mer qui avait embarqué 1 200 personnes âgées au large des îles du Frioul. À l’époque, l’homme qui est alors député PS et conseiller général dans les quartiers Nord s’émeut « de voir le bonheur de toutes ces personnes, c’est un vrai plaisir ».