Dossier: l'argent russe du Front national Enquête

« Front national, l'œil de Moscou »: enquête sur l'alliance avec la Russie de Poutine

Une enquête de « Spécial Investigation » (Canal Plus) démontre que les Le Pen sont en contact avec le milliardaire russe Konstantin Malofeev, un proche de Vladimir Poutine. Nos confrères ont enquêté à Paris, Moscou et Vienne sur la filière russe du FN.

Marine Turchi

2 novembre 2015 à 13h58

Cet article est en accès libre.

Pour soutenir Mediapart je m’abonne

PDF

L’« alliance » entre le Front national de Marine Le Pen et la Russie de Vladimir Poutine est autant politique que financière. C'est ce que met en évidence une enquête de l'émission « Spécial Investigation » (Canal Plus) diffusée ce lundi soir, dont Mediapart publie plusieurs extraits vidéo en exclusivité.

Pourquoi le Front national a-t-il tant besoin de la Russie ? Que cherche Poutine en misant sur la patronne du FN ? Marine Le Pen est-elle manipulée par le Kremlin ? Nos confrères de « Spécial Investigation », Raphaël Tresanini et Nicolas Dumond, ont enquêté plusieurs mois à Paris, Moscou et Vienne, sur la filière russe du Front national. Ils démontrent que les Le Pen sont en contact avec l'homme d'affaires russe Konstantin Malofeev, un mécène orthodoxe proche de Vladimir Poutine, et à l'initiative de plusieurs événements internationaux marqués à l'extrême droite.

Comme Mediapart l'a révélé l'année dernière, le Front national a obtenu deux prêts russes en 2014, l'un de 9 millions d'euros pour le parti lui-même, l'autre de 2 millions d'euros pour le microparti de Jean-Marie Le Pen, Cotelec. Ces prêts ont soulevé de nombreuses interrogations. En avril, le groupe socialiste de l'Assemblée nationale a formellement demandé l'ouverture d'une commission d'enquête parlementaire sur ce financement étranger inédit.

D'après nos informations, la proposition de résolution des parlementaires socialistes, qui porte sur la période postérieure aux élections législatives de 2012, a été transmise il y a deux semaines au ministère de la justice – une procédure classique qui vise à vérifier qu'aucune enquête judiciaire n'est en cours sur ces mêmes faits. Cette commission pourrait être lancée « courant novembre » d'après l'un de ses deux initiateurs, le député Razzy Hammadi.

En mars, la révélation de textos d’un responsable du Kremlin, évoquant la manière dont la présidente du FN devait être « remerciée » en échange de son soutien sur la Crimée, avait relancé les interrogations sur un soutien financier de la Russie au Front national en échange d’un lobbying politique. Car le rapprochement entre le FN et la Russie est aussi politique. « Spécial Investigation » a enquêté sur la filière russe du FN et sur l'objectif des émissaires de Vladimir Poutine : gagner en influence en Europe. 

Leurs caméras ont suivi la visite secrète de Jean-Marie Le Pen en Russie. Le fondateur du FN s'est rendu discrètement à Moscou en octobre 2014 en compagnie de sa femme Jany Le Pen, de son homme de confiance Gérald Gérin (l'ayant droit de son trust en Suisse) et de son assistant parlementaire Pierre Malinowski, un ancien militaire qui affiche son lobbying pro-russe. Jean-Marie Le Pen y a rencontré l'idéologue Alexandre Douguine et le milliardaire Konstantin Malofeev.

© Mediapart
Alexandre Douguine. © 

C'est à l'abri des regards, dans un salon de son hôtel, que Le Pen s'est entretenu avec Alexandre Douguine. Cet intellectuel aux positions extrémistes, nostalgique de l'Union soviétique et du tsarisme, défenseur des valeurs traditionalistes et antilibérales, est le théoricien de la version moderne de l’eurasisme – une doctrine nationaliste et impérialiste russe remise au goût du jour dans certains cercles du pouvoir. Douguine prône un rapprochement entre la Russie et l’Europe occidentale pour contrer la puissance anglo-saxonne.

Dans cette séquence exclusive, « Spécial Investigation » confirme une information dévoilée par Mediapart en décembre 2014 : lors de sa visite, Jean-Marie Le Pen a bien rencontré l'oligarque russe Konstatin Malofeev, un proche de Poutine. Sur les images, on voit le fondateur du FN et son équipe, en costumes et munis d'une mallette, se rendre au siège de Marshall Group, le puissant fonds d'investissement du milliardaire.

Jean-Marie Le Pen, Jany Le Pen, ses assistants, se rendent avec costumes et malette pour rencontrer Konstantin Malofeev. © Spécial Investigation / Canal Plus.

Ultra religieux, à la tête de la fondation Saint-Basile-le-Grand – la plus grande organisation caritative orthodoxe en Russie –, Konstantin Malofeev cultive lui aussi une grande passion pour la Russie impériale. Il est derrière plusieurs événements internationaux marqués à l'extrême droite. Accusé d'avoir financé les séparatistes pro-russes en Crimée (une enquête a été ouverte par le gouvernement ukrainien), l'homme d'affaires fait partie des personnalités russes visées par les sanctions de l'Union européenne depuis l'été 2014.

L'oligarque Konstantin Malofeev, proche de Vladimir Poutine. © Tahdrummond

Comment les Le Pen sont-ils entrés en contact avec le milliardaire ? Deux hommes clés apparaissent. Le premier est aujourd'hui au cœur de l'affaire « Air Cocaïne », puisqu'il a participé à l'exfiltration des pilotes condamnés à vingt ans de prison en République dominicaine : il s'agit de l'eurodéputé FN Aymeric Chauprade (lire notre portrait). Jusqu'en janvier, ce « géopoliticien » était le conseiller « spécial » de Marine Le Pen pour les affaires internationales, mais aussi le chef de la délégation frontiste au Parlement européen. Sa vidéo sur la « cinquième colonne » islamiste lui a valu d'être désavoué. Pour autant, il reste influent auprès de Marine Le Pen, dont il a organisé la visite en Égypte, au mois de mai.

Consultant international, à la tête d'une société de conseil et très introduit en Russie, Chauprade est un homme de réseaux qui a apporté aux Le Pen ses contacts. Et notamment un : son ami Konstantin Malofeev. Cette amitié, l'eurodéputé l'a volontairement mise en scène devant les caméras de France 2, début octobre. Sur les images, on voit les deux hommes à bord d'un bateau, à Moscou, raconter leur rencontre en trinquant. « Nous sommes deux patriotes. Nous pensons de la même façon, nous défendons un certain nombre de valeurs. C'est une alliance. On défend les valeurs chrétiennes, c’est clair », expliquait le député européen à France 2.

© Mediapart

Fin 2014, Jean-Marie Le Pen avait détaillé à Mediapart le rôle joué par Aymeric Chauprade dans l’obtention du prêt russe de deux millions d'euros à son microparti Cotelec : « M. Chauprade m’a fait connaître les gens qu’il connaissaitC’est par Chauprade que j’ai rencontré Konstantin MalofeevVous savez comment se passent ces choses-là, on déjeune, on dîne, on dit “moi je connais quelqu’un qui peut peut-être vous aider à trouver un prêt”. » 

Sollicité par Mediapart, Konstantin Malofeev a confirmé dans un email avoir rencontré le fondateur du FN par l'intermédiaire d'Aymeric Chauprade, mais refusé d'en dire davantage. Le mécène orthodoxe s'est par ailleurs associé dans la création de déclinaisons russes du Puy du Fou avec un autre proche de l'eurodéputé : Philippe de Villiers (dont Chauprade fut le conseiller international). 

Entre le milliardaire et le parlementaire frontiste, les liens sont aussi politiques. Ces derniers mois, les deux hommes se sont réunis lors de la célébration des « 200 ans de la Sainte Alliance », rassemblant près d’une centaine d’invités à huis clos, à Vienne, en mai 2014 ; ou encore en septembre 2014, à Moscou, lors de la visite d’une délégation de députés français, puis au World Congress of Families, dont le but est de défendre « la famille humaine naturelle », « établie par le Créateur ».

Prince Zurab Chavchavadze, le directeur financier de Malofeev, avec Jean-Marie Le Pen, à Moscou, en octobre 2014. © Spécial Investigation / Canal Plus.

Mais « Spécial Investigation » fait apparaître un autre intermédiaire entre les Le Pen et Konstantin Malofeev : le prince Zurab Chavchavadze, homme de confiance de l'oligarque, son directeur financier à Marshall Capital et le directeur général de sa fondation Saint-Basile. Sur les images, c'est lui qui accueille Jean-Marie Le Pen en Russie, avant sa rencontre avec Malofeev.

Interrogé par Canal Plus sur ses liens avec les Le Pen, Zurab Chavchavadze ne cache pas leur proximité : « On est très proches... on se connaît. Moi aussi je connais très bien Marine et je connais Jean-Marie Le Pen depuis vingt ans. » Il confirme aussi que la présidente du FN et Konstantin Malofeev se connaissent et se sont rencontrés « à Paris ». Le milliardaire finance-t-il les Le Pen ? Zurab Chavchavadze élude, parle d'« accusations », puis lâche : « C'est-à-dire que vous ne pourrez jamais le démontrer. »

© Mediapart

« FN : L'œil de Moscou », une enquête de Raphaël Tresanini et Nicolas DumondDiffusion le 2 novembre à 22 h 35 sur Canal Plus, dans « Spécial Investigation ». Produit par KM. 52 min.

Marine Turchi


Si vous avez des informations à nous communiquer, vous pouvez nous contacter à l’adresse enquete@mediapart.fr. Si vous souhaitez adresser des documents en passant par une plateforme hautement sécurisée, vous pouvez vous connecter au site frenchleaks.fr.


187 commentaires

Aujourd’hui sur Mediapart

Voir la Une du Journal

Nos émissions

À l'air libre
par à l’air libre
À l'air libre
par Berenice Gabriel et Célia Mebroukine
Grand entretien
par Justine Brabant
Ouvrez l’Élysée
par Usul et Ostpolitik

Soutenez un journal 100% indépendant Et informez-vous en toute confiance grâce à une rédaction libre de toutes pressions Mediapart est un quotidien d’information indépendant lancé en 2008, lu par plus de 200 000 abonnés. Il s’est imposé par ses scoops, investigations, reportages et analyses de l’actualité qui ont un impact, aident à penser et à agir.
Pour garantir la liberté de notre rédaction, sans compromis ni renoncement, nous avons fait le choix d’une indépendance radicale. Mediapart ne reçoit aucune aide ni de puissance publique, ni de mécène privé, et ne vit que du soutien de ses lecteurs.
Pour nous soutenir, abonnez-vous à partir de 1€.

Je m’abonne