Sivens : des pro-barrage armés agissent dans l’impunité

Par

Sur la Zad de Sivens, les pro-barrage entretiennent un climat de violence, sans réaction apparente de la gendarmerie.

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

A Sivens dimanche, des pro-barrage armés de barres de fer ont tenté de bloquer l'accès de militants de la ZAD venus déposer plainte à la gendarmerie de Gaillac. Selon Reporterre, une journaliste d'un média indépendant s’est fait arracher son appareil-photo, piétiné et détruit. « Si tu prends une photo, je t’éclate », aurait lancé à la journaliste le pro-barrage, qui n'a pas été inquiété par les gendarmes. « En effet, ces derniers ont préféré interroger notre journaliste sur la nature des photographies, raconte Mediacit. “Sans carte de presse, on ne prend pas de photo”, conclut le militaire. »

Patrick Rossignol, le maire d'une commune voisine et agriculteur, a quant à lui retrouvé le pare-brise et les vitres de sa voiture, garée à Gaillac, défoncés à coups de masse. Venu sur la zone du Testet s'informer à l’occasion de la Journée mondiale des zones humides, il a été bloqué par les anti-barrages qui lui ont barré le passage. Il s’est retrouvé ensuite à Gaillac avec les opposants et a assisté à l’arrivée de ce groupe « habillé de treillis militaire et avec des barres de fer et des manches de pioche ».

A lire sur Reporterre

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale