France Télévisions Publicité: le capitalisme sauce Fouquet's

Par et
La vente probable de la régie publicitaire de France Télévisions à l'homme d'affaires Stéphane Courbit – associé en affaires à Alain Minc et ami de Nicolas Sarkozy –, illustre tous les travers du vieux capitalisme deconnivence français, tolérant une cascade de conflits d'intérêts.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C'est une mini-privatisation. Portant sur tout juste 16 millions d'euros pour offrir à des investisseurs privés le contrôle de 70% de la société, c'est même la privatisation la plus modeste que l'Etat français ait jamais conduite depuis qu'il s'est converti, à partir de 1986, à une grande vogue qui faisait à l'époque fureur dans les pays anglo-saxons, celle du moins d'Etat. Mais c'est, envers et contre tout, la privatisation la plus symbolique de toutes, celle qui concentre, de la manière la plus caricaturale qui soit, tous les travers du vieux capitalisme de connivence français. Ou si l'on préfère, tous les travers de ce capitalisme dont Nicolas Sarkozy a accusé les traits, depuis son accession à l'Elysée: le capitalisme du Fouquet's. C'est la raison pour laquelle Mediapart a décidé d'y consacrer l'édito vidéo que l'on peut visionner ci-contre.