«Il faut rendre publique une partie de la correspondance diplomatique»

Par
Réagissant à la tribune de diplomates mettant en cause la politique étrangère de Nicolas Sarkozy, le conseiller spécial à l'Elysée, Henri Guaino, s'est interrogé: «Qui sont-ils ? De jeunes ambitieux qui cherchent des places, des diplomates retraités aigris?» «Trop, c'est trop», estime aujourd'hui l'ancien ambassadeur à Tunis, Yves Aubin de La Messuzière, qui juge les propos du conseiller de l'Elysée «indignes» et demande la publication d'un partie de la correspondance diplomatique.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L'affrontement entre l'Elysée et le ministère des affaires étrangères n'est pas encore parvenu à son terme. La semaine passée, le conseiller spécial à l'Elysée, Henri Guaino, avait répondu aux diplomates qui, dans différentes tribunes publiées en février, faisaient état d'un profond malaise au Quai d'Orsay et critiquaient les choix de la France en matière de politique étrangère. Les auteurs de ce «tract politique», «qui sont-ils ? De jeunes ambitieux qui cherchent des places, des diplomates retraités aigris?» s'interrogeait Henri Guaino le 23 février dernier. Ambassadeur à Tunis de 2002 à 2005, Yves Aubin de La Messuzière réagit aujourd'hui dans Mediapart à ces propos, qu'il juge «indignes» : «Monsieur Guaino semble avoir le plus grand mépris pour les diplomates», estime l'ancien ambassadeur de Tunisie, qui souhaite désormais qu'une partie de la correspondante diplomatique soit rendue publique. Ce qui permettrait, selon lui, de constater que les responsables politiques étaient tenus au courant par les diplomates de l'évolution désastreuse du régime tunisien. Entretien.