Affaire Copé: les mauvais comptes et les bons amis de Bygmalion

Par François Krug

La société Bygmalion, au cœur de l'affaire Copé, apparaît comme une machine à recycler les cadres de l'UMP. Par ailleurs, selon les chiffres réunis par Mediapart, Bygmalion a enregistré une perte de plus d’un million d’euros en 2012. Soit l’année où les contrats signés avec l’UMP et la campagne de Sarkozy auraient dû gonfler les bénéfices...

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les révélations de l'hebdomadaire Le Point sur la facturation des meetings de la campagne présidentielle arrivent au pire moment pour Bygmalion : depuis plusieurs mois, le groupe est engagé dans une discrète réorganisation, pour se repositionner comme un prestataire de services sans histoires. En vitrine, un nouveau logo et bientôt un nouveau site. En coulisses, surtout, le départ de Bastien Millot, le plus médiatique des deux cofondateurs, mis en cause pour les contrats passés avec l’UMP mais aussi avec France Télévisions, son ancien employeur.

Si l’affaire tombe mal, c’est aussi parce que la situation financière de Bygmalion n’est pas aussi confortable qu’on pourrait le croire. La maison mère et ses filiales n’ont pas publié leurs comptes depuis 2009. Mais selon les chiffres réunis par Mediapart, Bygmalion SAS a enregistré une perte de plus d’un million d’euros en 2012. L’année, justement, où les contrats signés avec l’UMP et la campagne de Nicolas Sarkozy auraient dû gonfler les bénéfices puisque, selon Le Point, l'agence de communication a touché de l'UMP « huit millions d'euros pour avoir organisé les meetings de la campagne 2012 ».