UMP Enquête

Affaire Copé: les mauvais comptes et les bons amis de Bygmalion

La société Bygmalion, au cœur de l'affaire Copé, apparaît comme une machine à recycler les cadres de l'UMP. Par ailleurs, selon les chiffres réunis par Mediapart, Bygmalion a enregistré une perte de plus d’un million d’euros en 2012. Soit l’année où les contrats signés avec l’UMP et la campagne de Sarkozy auraient dû gonfler les bénéfices...

François Krug

3 mars 2014 à 13h14

La lecture des articles est réservée aux abonné·e·s. Se connecter

Les révélations de l'hebdomadaire Le Point sur la facturation des meetings de la campagne présidentielle arrivent au pire moment pour Bygmalion : depuis plusieurs mois, le groupe est engagé dans une discrète réorganisation, pour se repositionner comme un prestataire de services sans histoires. En vitrine, un nouveau logo et bientôt un nouveau site. En coulisses, surtout, le départ de Bastien Millot, le plus médiatique des deux cofondateurs, mis en cause pour les contrats passés avec l’UMP mais aussi avec France Télévisions, son ancien employeur.
Si l’affaire tombe mal, c’est aussi parce que la situation financière de Bygmalion n’est pas aussi confortable qu’on pourrait le croire. La maison mère et ses filiales n’ont pas publié leurs comptes depuis 2009. Mais selon les chiffres réunis par Mediapart, Bygmalion SAS a enregistré une perte de plus d’un million d’euros en 2012. L’année, justement, où les contrats signés avec l’UMP et la campagne de Nicolas Sarkozy auraient dû gonfler les bénéfices puisque, selon Le Point, l'agence de communication a touché de l'UMP « huit millions d'euros pour avoir organisé les meetings de la campagne 2012 ».

Abonnement mediapart

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

À ne pas manquer

Société — Enquête
Une figure du combat contre le harcèlement scolaire est visée par une plainte pour « harcèlement »
Fondatrice de l’association Marion la main tendue, Nora Fraisse se voit reprocher par une dizaine d’anciennes bénévoles, stagiaires ou services civiques d’avoir eu un comportement toxique envers de proches collaborateurs. D’après notre enquête, l’une d’elles a déposé plainte pour « harcèlement ».
par Prisca Borrel
Littérature — Entretien
Éric Vuillard : « La narration politique, c’est de la mauvaise littérature »
Dans son dernier récit, « Une sortie honorable », l’écrivain aborde la guerre d’Indochine, largement reléguée dans la mémoire nationale, et le cadre politique et financier qui l’a soutenue. Entretien sur la politique, l’histoire et la littérature.
par Joseph Confavreux, Ellen Salvi et Lise Wajeman
Santé
Didier Raoult : deux ans d’enquête sur une imposture
Depuis l’arrivée du Covid-19 en France, Didier Raoult est devenu une figure nationale. D’abord en faisant la promotion d’un traitement inefficace contre la maladie, l’hydroxychloroquine, puis en niant la possibilité d’une seconde vague ou en remettant en cause l’efficacité de la vaccination. Mediapart revient en vidéo sur deux ans d’enquête sur le directeur de l’IHU.
par Youmni Kezzouf, Mathieu Magnaudeix et Pascale Pascariello
Blanquer, l’école à la renverse
Profs, élus, ils bricolent pour faire tenir l’école en temps de pandémie
Parmi les ressorts de la colère contre le ministre de l’éducation nationale, l’impression de devoir composer depuis des mois avec des bouts de ficelle arrive en bonne place. Pour pallier les manques et retards de l’État, enseignants et élus locaux se mobilisent comme ils peuvent.
par Mathilde Goanec

Nos émissions