Flashball : à Nantes, la police éborgne, la justice relaxe

Par

Poursuivi pour avoir tiré sur un manifestant, un policier a été relaxé par le tribunal correctionnel de Nantes, ce jeudi 3 avril. Son acte n'est pas « manifestement illégal », selon le jugement qui excuse le brigadier en raison de son manque de formation juridique et pratique. « C’est un permis de crever les yeux », estime l’avocate du plaignant.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Cagoulé, protégé par sa tenue de service, le policier muni d’un LBD 40×46, sorte de flashball nouvelle génération, a visé un manifestant et tiré. Il l’a blessé au point de lui faire perdre à tout jamais la vue d’un œil. Au moment des faits, le 27 novembre 2007, lors d'une mobilisation contre la loi sur les universités, la victime était mineure. Des grilles métalliques la séparaient du tireur.