PMA, GPA: «Il faut renouveler la réflexion sur la filiation»

Par

Depuis fin janvier, les états généraux de la bioéthique se penchent sur l’ouverture de la PMA aux couples de lesbiennes et aux femmes seules. C’est l’occasion, selon la sociologue Martine Gross et la juriste Laurence Brunet, de repenser le lien de filiation qui reste souvent confondu en France avec le lien génétique.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Jusqu'en mai, à l'occasion des états généraux de la bioéthique, les citoyens sont invités à participer à des débats organisés partout sur le territoire métropolitain. Parmi les neuf thèmes abordés, figure l’ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) aux couples de lesbiennes et aux femmes seules, renvoyée par le gouvernement d’Édouard Philippe à la révision de la loi de bioéthique, qui débutera à l'automne en 2018.