Racisme en entreprise: EDF refuse de faire la lumière

Par

Said Ali est employé chez EDF. En janvier 2016, son casier a été ouvert, son fascicule avec des extraits de prières du Coran brûlé et recouvert de l’inscription « FN 2017 ». Aux prud’hommes, il reproche à l’entreprise de n’avoir rien fait contre un climat raciste et de l’avoir discriminé dans son évolution de carrière. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le 20 janvier 2016, quand Said Ali, employé chez EDF, ouvre son casier pour enfiler son bleu de travail, il y découvre son livret de prières du Coran partiellement brûlé et barré de l’inscription « FN 2017 ». Ces faits sont établis. S’ils étaient évoqués, ce mercredi 3 mai, devant le conseil des prud’hommes de Paris, c’est parce qu’Ali Said considère que la réaction de son employeur, ou plutôt son absence de réaction à la suite de cet événement traumatisant, constitue « l’acmé » d’une discrimination subie depuis des années. Sa difficulté, comme souvent dans ce type de dossiers, est de le prouver.