Castaner, premier pyromane de France

Par

Le ministre de l’intérieur s’est tristement illustré en inventant une « attaque » à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, avant d’esquisser un semblant de mea culpa. Depuis son entrée place Beauvau, ce grand amateur de com’ surjoue l’autorité pour endosser un costume qui lui sied définitivement très mal.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Christophe Castaner aime beaucoup Twitter. Et Christophe Castaner aime beaucoup communiquer. Assez logiquement, Christophe Castaner aime beaucoup communiquer sur Twitter mais, soyons honnêtes, cela ne lui réussit pas. Dans la soirée du 1er mai, le ministre de l’intérieur, en dixième position dans l’ordre protocolaire depuis le remaniement d’octobre 2018, s’est une nouvelle fois précipité sur le réseau social pour pousser un tweet d’indignation : « Ici, à la Pitié-Salpêtrière, on a attaqué un hôpital. On a agressé son personnel soignant », a-t-il écrit, photos de poignées de main viriles à l’appui. Et puis, et puis… et puis, sont arrivés les premiers témoignages des manifestants, suivis de ceux du personnel soignant de l’hôpital parisien.