Au tribunal correctionnel, le cyberharcèlement devient réalité

Par

Deux jeunes hommes qui avaient diffusé sur les réseaux sociaux des messages menaçants pour la journaliste Nadia Daam ont été condamnés mardi 5 juillet à des peines de prison avec sursis.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Après un chauffard sans permis et un mari violent, c'est au tour de deux cyberharceleurs d'être jugés par la XXXe chambre correctionnelle de Paris, ce mardi. Bêtement, on se demandait à quoi pouvaient bien ressembler ceux qui pourrissent la vie des autres sous pseudonyme en pianotant sur un clavier. La réalité est forcément décevante : il s'agit en fait de monsieur Tout-le-Monde. Mohamed, 20 ans, en paraît à peine 17. Un grand adolescent tout maigre et timide, imberbe, lunettes sur le nez, et qui regarde souvent ses chaussures, l'air penaud. À ses côtés, Virak, 34 ans, petit et râblé, crâne dégarni et lunettes, se tient bien droit à la barre. Tous deux sont en jeans et chemise.