Un policier jugé pour des violences contre un mineur malien qui se réfugiait en France

Par Nejma Brahim

Deux agents de la police aux frontières étaient convoqués, jeudi 2 juillet, au tribunal correctionnel de Gap, l’un pour violences, l’autre pour faux et soustraction de biens. Les associations ne cessent de dénoncer les abus commis par les forces de l’ordre sur des migrants, à la frontière avec l’Italie.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Gap (Hautes-Alpes).– L’audience était très attendue. Jeudi 2 juillet, deux agents de la police aux frontières (PAF) étaient renvoyés devant le tribunal correctionnel de Gap pour des délits commis au col de Montgenèvre, où des migrants tentent presque tous les jours de rallier Briançon : un gardien de la paix, âgé de 51 ans, était jugé pour des « violences volontaires par personne dépositaire de l’autorité publique » sur un adolescent malien passé en France à l’été 2018, Moussa* ; le second, un adjoint de sécurité dont le contrat n’a pas été renouvelé en 2020, était poursuivi pour « usage de faux » et « soustraction de biens d’un dépôt public », en l’occurrence 90 euros.