Le gouvernement réécrit l’histoire d’un fiasco à 10 milliards

Par

Le gouvernement cherche à se dédouaner de toute responsabilité dans l’annulation de la taxe sur les dividendes et charge ses prédécesseurs. Mais l’illégalité de cette taxe est le fruit d’une évolution juridique difficilement prévisible avant 2016.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ce jeudi 2 novembre, devant la commission des finances de l’Assemblée nationale, le ministre de l’économie et des finances, Bruno Le Maire, a encore affirmé que la taxe sur les dividendes était un « scandale d’État ». Un terme fort qui permet au passage de dédouaner le gouvernement actuel de toute responsabilité. Mais cette stratégie, qui répond à un besoin politique immédiat, semble assez simpliste et dissimule une complexité que l’enquête de l’Inspection générale des finances sur le sujet, demandée par le ministre, ne pourra pas éviter.