Après l’échec de Sylvie Goulard, l’Elysée veut plus de «stabilité» au Parlement européen

Par

À l’approche de l’audition de Thierry Breton pour la Commission, l’Élysée plaide pour tirer les leçons du rejet de la candidature de Sylvie Goulard, et réclame une « majorité de responsabilité » au Parlement européen. Quitte à réactiver le spectre de cette « grande coalition » mécanique entre droite et gauche, qui a longtemps étouffé l’hémicycle.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le jour du rejet de la candidate française à la Commission européenne, Emmanuel Macron avait lâché, agacé : « Il faut qu’on m’explique. » « J’ai besoin de comprendre ce qui s’est joué de ressentiment, voire de petitesse », avait-il insisté, en marge d’un déplacement à Lyon, le 10 octobre.