Le racisme a changé de visage, les militants antiracistes aussi

Par

Les divers événements organisés ces jours-ci pour dénoncer le racisme et commémorer la Marche pour l'égalité sèment le doute sur le combat antiraciste. Est-il moribond ou déjà mort ? N'a-t-il pas oublié de se réactualiser ? Grosses structures et partis politiques patinent, mais sur le terrain des milliers de militants, anonymes, s'activent.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les occasions de mobiliser n’ont pas manqué ces derniers jours. Entre les injures racistes dont a été la cible Christiane Taubira et le trentenaire de la Marche de 1983, au cours de laquelle une poignée de jeunes des Minguettes a rallié Paris sous les acclamations de 100 000 personnes, elles se sont même bousculées, au point que les associations engagées dans la lutte contre le racisme ont semblé paralysées : elles ont tardé à réagir, en écho au retard à l’allumage des responsables politiques, ont déployé pas mal d’efforts pour surmonter leurs divergences et ont fini par se mettre en ordre de bataille pour se retrouver à quelques milliers à peine à battre le pavé.