Pitié-Salpêtrière: le collectif des 34 interpellés livre sa version

Par

Réunis dans un collectif baptisé « des 34 de la Pitié », une partie des interpellé·e·s de l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière a livré samedi sa version des faits des événements du 1er Mai, lors d’une conférence de presse. Ils disent avoir été victimes d'« abus de pouvoir » et de « violences psychologiques » lors de leur trente heures de garde à vue.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Au tour des 34 interpellé·e·s de l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière de livrer leur version des faits. Alors que la version du ministre de l'intérieur – qui avait fustigé une « attaque » de l'hôpital par des manifestants avant de revenir sur ses propos – a été contredite par les faits, une grande partie des interpellés, réunis dans un collectif baptisé « des 34 de la Pitié », ont dénoncé samedi des « abus de pouvoir » et des « violences policières ». « La manifestation déclarée et autorisée s’est transformée en cauchemar traumatisant », ont-ils déclaré, en précisant s’exprimer non pas « au nom des 34, mais au nom d'une majorité ».