Les élus pourront-ils longtemps arroser amis et fidèles avec leurs indemnités?

Le Parlement pourrait enterrer, mardi 5 juillet, un amendement qui vise à remettre de l'ordre dans la rémunération des élus. En jeu: «l'écrêtement». Ce mécanisme permet aux cumulards, dont les indemnités sont plafonnées, de reverser leur «surplus» de revenus à des proches.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Un amendement de salubrité publique, qui vise à remettre de l'ordre dans la rémunération des élus, pourrait bien être enterré mardi 5 juillet, dans la plus grande discrétion. Déposé par le socialiste René Dosière, il a été approuvé une première fois par l'Assemblée le 28 juin dernier, à la surprise générale et contre l'avis du gouvernement, dans la torpeur d'une séance nocturne. Mardi, il pourrait sauter, lors d'une négociation à huis clos entre sénateurs et députés. Car les principaux intéressés se sont réveillés. De quoi s'agit-il?