A droite comme à gauche, l'opposition prend ses marques

Le président du groupe LR, Christian Jacob, a admonesté ses anciens camarades qui ont rejoint Emmanuel Macron. À gauche, le groupe PS s'est abstenu, la France insoumise s'est opposée d'un bloc. Le PCF a dû, lui, composer avec les ultramarins.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La droite – le groupe LR puis le groupe des « Constructifs » – a été la première à répondre au discours de politique générale d’Édouard Philippe. Fracturée par l’offensive de Macron, qui a placé à des postes clés – à commencer par Matignon – des personnalités politiques issues de ses rangs, la droite a utilisé la majeure partie de son temps de parole à régler ses comptes. L’intervention du président du groupe Les Républicains Christian Jacob a ainsi commencé par une charge ultraviolente contre un premier ministre traité en renégat. « J’espère – mais je ne me fais pas beaucoup d’illusions – qu’il vous arrive, en vous regardant dans la glace, de songer à vos anciens collègues dont votre nomination a contribué à la défaite », a-t-il attaqué d’emblée en rappelant, perfide, à Édouard Philippe : « La veille de votre nomination, j’étais encore votre président de groupe. »