Police: la guerre des réseaux (sociaux)

Par

Au sein de la police, cest une libération historique de la parole. Twitter agrège une triple parole : celle de l’institution, qui tente de se moderniser ; celle des syndicats, en proie à la surenchère ; et celle de fonctionnaires souvent jeunes et sous pseudonyme. Le credo de cette génération montante : la « haine anti-flic ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Au sein de la police, cest une libération historique de la parole. Pas encore un déferlement mais une lame de fond qui se profile, et qui bouscule la « maison ». Deux dates clés agissent comme des propulseurs : les manifestations nocturnes de policiers non syndiqués (2016) et, plus encore, les « gilets jaunes » (à compter de novembre 2018) – et leur cortège de blessés et de mutilés.