Le mythe du succès des réformes sociales en Allemagne

Par

Une des justifications principales des « réformes structurelles » est leur succès dans l’Allemagne du début des années 2000. Or bon nombre d’études confirment désormais que ces réformes portées par Gerhard Schröder ne sont pas à l’origine du « miracle économique allemand », déconstruisant un des mythes favoris des dirigeants français et européens. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les réformes Hartz de 2003-2005 en Allemagne sont une référence pour les dirigeants français qui, aujourd’hui, entendent réformer la France. Plus généralement, cette expérience a joué un rôle fondamental dans la décision des politiques européens d’imposer aux États les moins compétitifs de la zone euro des « réformes structurelles », afin de redresser leurs économies sur le modèle allemand. Progressivement, une narration s’est développée, celle d’une « Allemagne qui a fait les réformes nécessaires » et qui en était récompensée par une croissance forte et le plein emploi.