Greenpeace espionné: vers un procès d'EDF

Par et
Le procureur de Nanterre demande le renvoi devant le tribunal correctionnel du groupe EDF dans l'affaire de piratage informatique visant notamment Greenpeace. Le parquet demande un non-lieu pour l'ancien cycliste Floyd Landis, toujours visé par un mandat d'arrêt international.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La perspective d'un procès pénal approche à grands pas pour EDF dans l'affaire d'espionnage informatique visant – notamment – l'association écologiste Greenpeace. Le procureur de Nanterre, Philippe Courroye, a signé, le 30 août, un réquisitoire définitif épais de 39 pages au terme duquel le magistrat réclame le renvoi devant le tribunal correctionnel, en tant que personne morale, du géant énergétique français, ainsi que celui de deux anciens hauts responsables de son département sécurité, poursuivis pour «atteinte à un système automatisé de données».