Vincenzo Vecchi ne sera pas livré à l’Italie pour y purger douze ans de prison

Par

La cour d’appel d’Angers a décidé mercredi de rejeter le mandat d’arrêt européen qui visait Vincenzo Vecchi, condamné à douze années de prison en Italie pour avoir manifesté à Gênes en 2001. Mais il pourrait effectuer en France un reliquat de peine de quelques mois.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est une incontestable victoire contre un monstre judiciaire, mais au prix d’un travail de dentelle. Menacé de purger onze années et demie de prison en Italie pour avoir participé aux manifestations altermondialistes de Gênes en juillet 2001, le militant Vincenzo Vecchi ne sera pas remis aux autorités italiennes.