Violences policières: les camouflages de la «CSI 93» mis au jour par l’IGPN

Par

Coups de pied à la tête, coups de taser entre les jambes, matière fécale… Mediapart publie des extraits d’un rapport de l’IGPN qui révèle l’ampleur des violences commises lors d’une interpellation par des policiers d’une compagnie de Seine-Saint-Denis, ainsi que les manœuvres pour les dissimuler. L’un des agents, mais un seul, comparaît jeudi à Bobigny.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Au cours de son interpellation, Thierry L., 22 ans, a subi un passage à tabac des plus violents dans une camionnette, à l’abri des regards : coups de pied à la tête, tirs de taser au ventre et entre les cuisses, blouson souillé de matière fécale. Les auteurs de ces violences commises en août 2019 appartiennent à la désormais « fameuse » compagnie de sécurisation et d’intervention de la Seine-Saint-Denis (CSI 93), visée par plusieurs enquêtes judiciaires et dont le préfet Didier Lallement a été contraint d’annoncer la dissolution cet été – sans que celle-ci soit effective, comme Mediapart l’a révélé (lire ici).