Devedjian-Trierweiler: pas de diffamation, estime la Cour de cassation

Par

L'évolution des mœurs ne permet plus de considérer l'adultère comme contraire à la morale, considère la Cour de cassation. Patrick Devedjian a ainsi perdu le procès en diffamation qu'il avait intenté à un journal ayant fait état d'une relation qu'il aurait eue avec Valérie Trierweiler.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’adultère n’est pas contraire aux valeurs morales de notre société. Ce n’est pas un époux volage qui le dit pour justifier ses batifolages. Mais la Cour de cassation. Dans un arrêt rendu le 17 décembre et qui fera date, la plus haute juridiction de l'ordre judiciaire français, pourtant réputée conservatrice, estime que dire de quelqu’un qu’il trompe sa femme, même si c’est faux, ne peut constituer une atteinte à son honneur au vu de l’évolution des mœurs, et ne peut donc présenter de caractère diffamatoire. Patrick Devedjian, député LR et président du conseil général des Hauts-de-Seine, se trouve être la première victime de cette interprétation libérale.