Les opposants à l'état d'urgence s'organisent

Par

Alors que l'exécutif entretient toujours le flou autour du renouvellement de l'état d'urgence, qui doit normalement se terminer le 26 février, la fronde augmente. Plusieurs tribunaux administratifs ont déjà remis en cause des assignations à résidence ou des fermetures d'établissement. Demain doit être lancé un conseil d’urgence citoyenne, destiné à fédérer les opposants.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Face à la polémique provoquée par son virage sécuritaire, l’exécutif n’a de cesse de mettre en avant le soutien supposé des Français, rappelant qu’au lendemain du renouvellement de l’état d’urgence pour une période de trois mois, le 20 novembre, ils étaient 91 % à soutenir cette mesure. Difficile de nier que, dans la période actuelle, une bonne partie de l’opinion publique se sent rassurée par ce régime d’exception et demande des mesures encore plus drastiques.