La justice creuse l'affaire des assistants du FN au Parlement européen

Par et

D’après nos informations, le parquet de Paris a ouvert, le 15 décembre, une information judiciaire pour « abus de confiance », « escroquerie en bande organisée », « faux et usage de faux » et « travail dissimulé » dans l’affaire des soupçons d’emplois fictifs des assistants du FN au Parlement européen.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C'est une enquête qui s'ajoute à la longue liste de celles visant actuellement la galaxie Front national. D'après nos informations, le parquet de Paris a ouvert, le 15 décembre, une information judiciaire pour « abus de confiance », « recel d'abus de confiance, « escroquerie en bande organisée », « faux et usage de faux » et « travail dissimulé », dans l'affaire des assistants frontistes au Parlement européen.