Le tribunal permanent des peuples fait le procès des politiques migratoires

Par

Lors d’une « audience » organisée à Paris les 4 et 5 janvier, ce tribunal d’opinion, créé il y a quarante ans, est appelé à se prononcer sur l’accusation de complicité de crime contre l’humanité portée contre les dirigeants de l’Union européenne.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les politiques migratoires européennes sur le banc des accusés : c’est un procès un peu particulier qui se déroule les 4 et 5 janvier à Paris. Il n’a pas lieu dans une salle d’audience classique mais dans les locaux du Centre international de culture populaire (CICP), espace militant consacré à la défense des droits des minorités.