SOS pour les sciences économiques et sociales !

Par

Un arrêté du 28 mars fixe la liste des membres du Conseil national éducation économie. Parmi les nouveaux entrants figurent trois grands patrons de l'Institut de l'entreprise, dont Michel Pébereau, qui mène un combat ancien pour modifier la culture économique diffusée dans les lycées.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il faut au moins porter cela au crédit du gouvernement : tout au long du stupéfiant tango d’amour qu’il danse depuis 2012 avec le patronat, il n’a jamais commis de faux pas. Pas le moindre ! Après avoir pris pour pivot de sa politique économique le fameux « choc de compétitivité » élaboré avant l’élection présidentielle par l’Institut de l’entreprise ; après avoir opposé une fin de non-recevoir aux professeurs ou chercheurs du supérieur qui plaidaient pour davantage de pluralisme, face à la tyrannie du néolibéralisme ; le voici qui ouvre un peu plus grand les portes des lycées au même Institut de l’entreprise, en cooptant au sein du Conseil national éducation économie (CNEE) trois nouveaux dirigeants, anciens ou actuels, de cette même chapelle patronale, annexe du Medef.