Paradis fiscaux: les médias de Drahi en service minimum

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Pour quiconque cherche une nouvelle preuve du danger pour le droit de savoir des citoyens que fait peser le rachat de la presse par une poignée de milliardaires, l’affaire Patrick Drahi, dont le nom apparaît dans le scandale planétaire des « Panama papers », fonctionne comme un cas d’école. Car ce ne sont naturellement pas les journaux sur lesquels il a mis la main qui sont les mieux placés pour établir si leur actionnaire est bel et bien impliqué dans l’histoire – ce qu’il dément. Illustration…