Interpellée lors du 1er Mai, Camélia, espagnole et enceinte, est menacée d’expulsion

Le juge des libertés et de la détention a ordonné dimanche 5 mai la remise en liberté immédiate de Camélia, une Espagnole enceinte de deux mois et en France depuis dix-sept ans, qui avait été placée en centre de rétention et menacée d'expulsion. Elle avait été interpellée dans la manifestation du 1er Mai.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Camélia, une Espagnole enceinte de deux mois et en France depuis dix-sept ans, avait été interpellée mercredi 1er mai dans la manifestation. D'après le collectif national pour le droit des femmes, la jeune femme avait été placée en garde à vue car son bouclier, qu’elle expliquait porter pour protéger son ventre, a été considéré par la police comme une arme par destination. À l’issue de sa garde à vue, elle est transférée au centre de rétention du Mesnil-Amelot (Seine-et-Marne), et menacée d'expulsion du territoire français.