Le Front de gauche, entre scène et coulisses

Par
L'unité les remplit d'aise. L'alliance électorale du PCF, du Parti de gauche de Jean-Luc Mélenchon et de l'ancienne minorité de la LCR finit bien sa campagne. En hausse dans les sondages, le Front de gauche veut croire à un retour de «l'esprit du non» du référendum constitutionnel européen de 2005. Mais il n'est pas question d'aller plus loin pour l'instant. Et le désir d'unité, laquelle est réelle devant les militants, ne s'est pas fait sans méfiance.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Côte à côte, mais chacun à sa place: mercredi 3 juin, le Front de gauche a tenu son dernier meeting national. Devant 2.000 personnes, dans une ambiance plus posée que la chaude soirée de la veille, à Toulouse (3.000 personnes -voir la vidéo-), Parti communiste français, Parti de gauche et Gauche unitaire faisaient, une dernière fois, tréteaux communs.