Sanofi: l’Etat met l’usine qui fabrique la Dépakine sous pression

Par

Le groupe pharmaceutique est menacé de sanction pénale en raison de son incapacité à prouver qu’il maîtrise le risque chimique dans l’un de ses établissements, malgré une mise en demeure de l’inspection du travail.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De nouveaux dysfonctionnements apparaissent dans l’usine de Sanofi qui fabrique la Dépakine, ce médicament prescrit aux personnes souffrant d’épilepsie et de troubles bipolaires, à Mourenx (Pyrénées-Atlantiques), sur le bassin de Lacq. La direction de l’établissement est menacée d’une amende administrative ou d’une sanction pénale en raison de son incapacité à prouver la conformité des installations d’aération et de ventilation. Sont concernés à la fois l’atelier de production et les laboratoires de contrôle.