Une élue corse jugée pour blanchiment de fraude fiscale à Paris

Par

La maire LR (ex-UMP) de La Porta (Haute-Corse), Stéphanie Grimaldi, doit comparaître le 14 octobre devant la 11e chambre du tribunal correctionnel de Paris pour avoir dépensé 275 000 euros en piochant dans la caisse d’une association bidon. Mediapart révèle la note Tracfin à l'origine de l'affaire.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En obtenant le dépaysement de son procès à Paris, Stéphanie Grimaldi, maire LR (ex-UMP) de La Porta (Haute-Corse) et conseillère territoriale à l’Assemblée de Corse, espère qu’il suscitera moins de gorges chaudes que sur la place Saint-Nicolas de Bastia. Pas si sûr… Le 14 octobre, elle doit comparaître devant la 11e chambre du tribunal correctionnel de Paris, pour avoir dépensé 275 000 euros en piochant dans la caisse d’une association bidon, le Cercle implantologique corse, fondée par son compagnon Thierry Guerrini, dentiste à Bastia.